Forum répertoriant les fiches de fiefs et actes héraldiques du jeu Les Royaumes Renaissants
 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Comté] Saint Junien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eléïce de Valten
Super Bibiche
avatar

Messages : 6024
Date d'inscription : 01/11/2014

MessageSujet: [Comté] Saint Junien   Ven 24 Mar 2017 - 12:06



Héraldisme
Fief Comtal.
Description du Blason : D'azur, au lion d'or armé de gueules, une flèche de sable lui transperçant la gueules.
Ancien nom :
Devise : -
Actuel Seigneur : Gueldnard de Saint Viance
Ancien Seigneur :
Nom des habitants :
Seigneuries historiques :

Seigneuries RR octroyées :



Généralités historiques

  • De l'époque gallo-romaine à l'arrivée de Junien : C’est à partir du site gallo-romain de Comodoliacum que la ville d’aujourd’hui va prendre naissance. Le village initial se situe au croisement de voies, à proximité de gués sur la Vienne et la Glane. Le mouvement érémitique du Vème siècle conduira l’ermite Amand à s’installer à ce carrefour. Vers l’an 500, attiré par sa réputation, Junien, un jeune noble Franc venu de la cour de Clovis, le rejoint et s’installe à proximité, sur l’actuel site de la ville. Très vite sa notoriété va dépasser celle d’Amand grâce à des guérisons miraculeuses.

    Du VI au XVème siècle : naissance du bourg et construction de la Collégiale en granite de pays : Après la mort de Junien en 540, l’évêque Rorice 1er fait élever un oratoire sur sa tombe. Un monastère de l’ordre de St Augustin est construit dès le VI° siècle pour accueillir la foule de pèlerins venus chercher les bienfaits du Saint dont le nom se substitue à Comodoliacum. Une partie de ces visiteurs se fixent près de l’abbaye et donnent naissance à une première agglomération. Des églises de plus en plus grandes se succèdent et une vaste nécropole entoure le tombeau et donne naissance au cimetière au XIII° siècle.

    Les Normands, établis en Bretagne, profitant des guerres fratricides carolingiennes, ravagent le bassin de la Loire. Ils détruisent l’église et le monastère de Saint-Junien en 866 et conduisent à la construction d’enceintes fortifiées de Château-Morand et du Châtelard. L’abbaye vivote jusqu’à l’an 1000 et un chapitre de chanoines séculiers succède au monastère et contribue à la renaissance de la ville. Le prévôt Israël, 1er prévôt de Saint-Junien, entreprend de rebâtir l’église qui sera consacrée en 1102, au nom de saint André.

    De nos jours l’église Collégiale est le seul monument existant d’un grand ensemble de bâtiments conventuels qui comprenait : un cloître, des granges et un pressoir, la chapelle de la psallette, l’ensemble épiscopal accolé à l’église (logis, chapelle, salle de justice, prison..). Elle a pris le nom de Saint-Junien le 27 avril 1488 par décision de l’évêque de Limoges.

    A la même époque fut entreprise la construction de l’église de Saint-Amand sur le coteau, à l’endroit de sa sépulture. Cette église fut achevée et consacrée en 1094. Un vaste chantier de réhabilitation est en cours sur ce site. A la suite de la répudiation d’Aliénor d’Aquitaine, en 1152, Saint-Junien, avec le Limousin, passe sous domination des Plantagenets et est intégré à l’Etat anglo-normand angevin. Cet épisode valut à la région des guerres incessantes avec Henri II et ses fils Richard Cœur de Lion et Henri le jeune. Le Limousin reviendra au Royaume de France par Louis VIII en 1223 mais pour peu de temps, puisque le traité de Brétigny, en 1360, rend le Limousin aux anglais jusqu’en 1373.

    Pour la protéger des passages de troupes à la solde des différents partis en présence, la ville est alors ceinte de murailles en granit percées de 4 portes principales. La guerre de cent ans se termine avec Louis XI. En 1464 la ville reçoit une visite royale ! Louis XI revenant de Bayonne s’arrête à Saint-Junien. Il est accueilli en grande pompe par les Consuls de la ville, les chanoines, les notables de la région accompagnés par une foule immense. Il vient à la Chapelle du pont Notre Dame, édifiée vers 1450. Il y reviendra en mars 1465.

    A la guerre entre factions rivales va succéder l’affrontement entre catholiques et protestants et Saint-Junien se retrouve sur la ligne de partage face à la Charente gagnée à l’église réformée. Toute la France est en feu et l’armée catholique est à Saint-Junien en octobre 1568.

    Située au centre d’une région d’élevage et ainsi favorisée par une abondance de matière première telle que peaux de chevreaux et d’agneaux, Saint-Junien bénéficie, en matière de tannage, des qualités exceptionnelles des eaux de la Vienne. Dès le XIe siècle, des maîtres artisans coupaient des gants dans des peaux qu’ils avaient eux-mêmes tannées. Au XVe siècle, la ganterie atteint une grande renommée.



Vestiges préhistoriques et antiques




Architecture civile

  • Le Pont Notre Dame : Ce pont du XIIème siècle est constitué de 6 arches en arc brisé avec des « avant-becs » protecteurs vers l’amont de la Vienne.
  • Le pont Saint-Elizabeth : Ce pont qui permettait le franchissement de la Glane sur l’ancienne route du sel reliant Lyon à l’océan Atlantique, présente la particularité d’être coudé. Construit au XIIIème siècle en belles pierres de taille, il est constitué de trois arches en arc brisé.


Architecture sacrée

  • La Collégiale de Saint-Junien : La collégiale de Saint-Junien est une des plus grandes et des plus anciennes églises romanes limousines. Elle est le centre d’un vaste ensemble ecclésial (cloître, maison épiscopale…). Construite en granit de pays, en quatre campagnes successives, du 11e au 13 e siècle, le plan établi primitivement a toujours été respecté, ce qui en fait une église homogène mais qui porte la marque incontestable des époques de construction depuis le roman jusqu’au gothique naissant. A l'intérieur se trouve un tombeau monumental qui abrite le sarcophage de Saint-Junien. Ce magnifique tombeau du 12e siècle, richement sculpté dans le calcaire de La Rochefoucauld a la forme d’un reliquaire géant, 3 de ses faces sont couvertes de sculptures qui rappellent la fresque de la nef. Une série de statues polychromes dite « le Petit Paradis » orne les bases des piliers de la nef et de la croisée. Ces statues des XVème, XVIème, XVIIème et XVIIIème siècles sont en pierre ou en bois. On peut également voir [ur=lhttp://www.saint-junien-tourisme.fr/images/stories/chsse-2.jpg]une châsse reliquaire émaillée[/url] du XIIIème siècle, et un Christ en Croix du XIIème siècle en bois peint.
  • La chapelle du cimetière : Cette chapelle autrefois dédiée à Saint Guignefort fut rebâtie au XIIIème siècle et dédiée à Sainte Madeleine. Elle fut le siège de la confrérie des Pénitents bleus du XVIIème siècle au XIXème siècle. Actuellement, l’intérieur de cet édifice ne se visite pas.
  • La chapelle Notre-Dame du pont : Construite à l’extrémité d’un vieux pont du XIIIème siècle, la chapelle Notre Dame du Pont est d’un gracieux style gothique flamboyant. Cet édifice du XVème siècle, fut agrandi grâce aux libéralités de Louis XI.
  • L’abbaye de Saint-Amand : Vestiges de l’église datant du XIème siècle, aujourd’hui le croisillon nord, la moitié du mur du chevet et deux salles basses voûtées sont encore visibles. Ce lieu est considéré comme le berceau de la ville selon les chroniqueurs. Actuellement cet édifice ne se visite pas.


Sites



Liens divers, Photos



Sources


Nota Bene : * : Notoire - ** : Exceptionnel - IMH : Inscrit Monument Historique - MH : Monument Historique - SI : Site Inscrit - SC : Site Classé

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://biblioheraldique.forumactif.org
 
[Comté] Saint Junien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Comté] Saint Junien
» Index des fiefs du Comté du Limousin et de la Marche
» Des titres de noblesses dans le Saint-Empire - Ouvrage -
» [CXL] Saint Gapour: Ville en danger?
» [Régio] Saint Lô : 28 Mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castel Bibichin :: Marches héraldiques de France :: Limousin-et-Marche-
Sauter vers: