Forum répertoriant les fiches de fiefs et actes héraldiques du jeu Les Royaumes Renaissants
 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Comté] Meymac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eléïce de Valten
Super Bibiche
avatar

Messages : 6292
Date d'inscription : 01/11/2014

MessageSujet: [Comté] Meymac   Ven 24 Mar 2017 - 12:05



Héraldisme
Fief Comtal.
Description du Blason : D'azur à trois pals ondés d'argent.
Ancien nom : Le gallo-romain Maximiacus et l'ermite Mammacus.
Devise : -
Actuel Seigneur : Gaïlen d'Arduilet dict Gailen_d_arduilet et Chlodwig von Frayner (tutelle)
Ancien Seigneur : Rassaln ; Zya62 (†)
Nom des habitants : Meymacois, Meymacoises
Seigneuries historiques :

Seigneuries RR octroyées :



Généralités historiques

  • Meymac fut à l’origine, comme nombre de cités corréziennes, une simple villa gallo-romaine. La conquête de Jules César en Gaule permet l’installation de deux camps pour surveiller l’Auvergne. On voit donc apparaître des voies romaines, dont une sur la commune de Meymac (Limoges-Le Mont-Dore par Bort-les-Orgues), une autre (Clermont Périgueux) passait aux alentours de Darnetz. Ces voies romaines allaient permettre la mise en valeur de la région. Les romains couvrent la Gaule de villas, de maisons de maîtres qui commandaient l’exploitation avec ses bâtiments, ses contremaîtres, ses paysans-esclaves. Ce serait donc un de ces maîtres, Maximiacus, qui aurait donné son nom à l’agglomération.

    Abbaye St-André Eglise St-Léger : C’est en 1085 qu’un certain Archambaud III, vicomte de Comborn, à la suite d’une conduite indigne, fonda le monastère de Meymac. Ce fut d’abord un prieuré qui dépendait de l’abbaye d’Uzerche. Mais à la suite de l’intrigue d’un moine (le prieur Hugues de Besse en 1145) qui, de sa propre autorité, voulut ériger le prieuré en abbaye et s’en attribuer la direction, il y eut de longues discussions parfois très vives entre le cloître d’Uzerche et celui de Meymac. Le moine finit par céder mais le titre d’abbaye resta acquis (1146). Les jardins des moines étaient particulièrement bien organisés : ils étaient irrigués par un système de rigoles. L'eau sortait de la réserve alimentée par un canal de dérivation de la Luzège.

    A l’époque mérovingienne, dès 546, une petite église en bois organise la vie du village. Un groupe de chrétiens serait né autour d'un ermite, Mammacus



Vestiges préhistoriques et antiques

  • Nombreux tumulus.



Architecture civile

  • Le château, dans la partie haute de la ville, édifié par les Ventadours au XIIIème siècle.
  • La tour de guet : XIIIème siècle. Porte du Midi et système défensif du château. Un guetteur surveille les alentours. La tour de guet devient le beffroi quand, en 1265, Eble VII, vicomte de Ventadour accorde une charte communale à Meymac.
  • Logette à mâchicoulis faisant saillie sur une façade, utilisée au Moyen-Age comme ouvrage défensif au-dessus des portes d'entrée ou comme toilettes privées, signe extérieur de richesse.
  • La halle : Elle date du XVème siècle. Dans la mémoire des Meymacois, est associé à cette halle, le souvenir du « bœuf gras » qui était consommé le Mardi Gras. Le mercredi précédent, les bœufs, qui allaient être sacrifiés, étaient promenés enrubannés dans les rues de la cité escortés par la population. Le sacrifice avait lieu le jeudi, sous la halle transformée pour l’occasion en abattoir et attirait une assistance nombreuse.


Architecture sacrée

  • L'église St-Léger : l'église dans la partie basse de la ville, occupe un volume assez important sur la place puisqu’elle mesure 49 m de longueur totale et 11, 50 m de largeur. Sa construction se fit en deux fois : 1ère phase : fin XIème, début XIIème, et 2ème phase : milieu XIIème, fin XIIème.
  • Vierge Noire du XIIème siècle dont la copie est installée près de la chapelle de la Vierge.
  • Croix en clé ajourée (granite) : la très étonnante croix de granite, autrefois située sans doute à l’emplacement de l’ancien cimetière autour de l’église, se caractérise par un système complexe de doubles ondulations par le jeu savant des pleins et des vides, ce qui lui confère une impression de grande légèreté. Elle présente d'un côté une scène du Calvaire et de l'autre une Vierge à l'enfant. En raison de son évidente liberté de style, elle est difficile à dater, sans doute XVème.


Sites



Liens divers, Photos


Sources


Nota Bene : * : Notoire - ** : Exceptionnel - IMH : Inscrit Monument Historique - MH : Monument Historique - SI : Site Inscrit - SC : Site Classé

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://biblioheraldique.forumactif.org
 
[Comté] Meymac
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La prise de Comté-du-Lac
» Comté-de-l'or, de plus en plus lourdingue
» Comté du Périgord-Angoumois [Coopération Judiciaire]
» Histoire du comté de Namur et des Namurois
» Election d'un maire pour Comté-de l'or

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castel Bibichin :: Marches héraldiques de France :: Limousin-et-Marche-
Sauter vers: