Forum répertoriant les fiches de fiefs et actes héraldiques du jeu Les Royaumes Renaissants
 
AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Seigneurie de Saint Gilles] Générac

Aller en bas 
AuteurMessage
Eléïce de Valten
Super Bibiche
avatar

Messages : 7098
Date d'inscription : 01/11/2014

MessageSujet: [Seigneurie de Saint Gilles] Générac   Dim 25 Oct 2015 - 16:45



Héraldisme
Fief Seigneurial Vassal de Saint Gilles.
Description du Blason : De sinople à deux branches de genêt d'argent posées en sautoir, cantonnées en pointe d'une lampe à huile romaine d'or allumée de gueules.
Ancien nom : Généracium
Devise : -
Actuel Seigneur : Lormet Amauri
Ancien Seigneur : -
Nom des habitants : Généracois, Généracoises, surnommés "Li racanels" parce qu'ils étaient considérés comme des râleurs.

Généralités historiques

  • Le site historique le plus ancien se situe au lieu-dit Puech-Cocon. Ce plateau des Costières, formé d’alluvions, réunit toutes les conditions pour que la vie se développe et que se crée le futur Générac :
    -des terres argileuses permettant leur travail, l'argile étant la matière première d'une industrie florissante au cours des siècles à venir.
    -abondance de bois permettant le chauffage et les constructions.
    -proximité de la Via Domitia et de la ville de Nîmes, qui, combinées, favorisent les échanges commerciaux.
    En 400, Générac est un petit hameau de cabanes en torchis. Le village s’appelait Généracium.
  • Au milieu du IXème siècle (821) débute le règne des comtes de Toulouse. Le comté, très vaste, englobe la ville et les terres de Saint-Gilles. Le château est construit à l’époque où Raymond VI de Toulouse, né en 1042, domine le Languedoc. Ce comte portera d’ailleurs le surnom de « Saint-Gilles ». Le fief de Générac est attribué à l’un de ses vassaux. Plus tard, le nom de Bertrand Aton (famille des seigneurs dont une rue de Nîmes porte le nom) sera lié à l’histoire de notre château. En effet, en 1121, Ermessinde, fille de Raymond IV de Toulouse, obtient le fief de Générac en dot lors de son mariage avec Rastaing de Pasquières (Vauvert). Le château et ses terres resteront dans le domaine des comtes de Toulouse jusqu’en 1213. A la fin du XIIème siècle, toute la région est marquée par l’histoire des Cathares dont Raymond VI prend la défense. Avec ses alliés, il affronte les troupes de Simon de Montfort lors de la « croisade des Albigeois. » Vaincu à la bataille de Muret, en 1213, Raymond VI se réfugie en Angleterre. Les croisés de Simon de Montfort se partagent ses terres. En 1216, Raymond VII, fils du comte en exil, né à Beaucaire, rentre d’Angleterre. Il reprend la lutte avec l’aide des rois de Castille, de Navarre et d’Aragon, mais le manque d’organisation des troupes conduit à de nouvelles défaites. C’est la régente de France, Blanche de Castille, mère du futur roi Louis IX, qui obtient la victoire finale. Par le traité de Meaux, en 1229, Raymond VII se soumet et perd toutes ses possessions. C’est la fin du Languedoc comme état indépendant. Le château entre dans le domaine royal, en 1248 il est occupé par des Templiers. Pour préparer sa première croisade, par laquelle il voulait libérer Jérusalem des « Mahométans », Louis IX, plus connut sous le nom de saint Louis, obtint leur aide sous forme d’argent et de bateaux de guerre. C’est en reconnaissance pour cette aide que le château leur fut attribué. En 1285, le petit-fils de Saint-Louis, Philippe IV le Bel, devient roi de France. Très autoritaire, il ne peut accepter le partage du pouvoir. Irrité par la fortune et la puissance des Templiers, il va s’employer à détruire leur ordre. Il y est aidé par le peu scrupuleux Guillaume de Nogaret. Celui-ci, né en 1260, près de Toulouse, d’une famille cathare, devient professeur de droit en 1287. Il s’installe à Marsillargues en 1291. En 1294 il est juge à Beaucaire, conseiller du roi en 1295. Son souverain le charge de partir en Italie pour arrêter le pape Boniface VIII, dont il ne peut supporter l’autorité sur l’église de France. Mais, au moment de son arrestation, le pape âgé de 86 ans meurt. Guillaume retourne en France et le roi le couvre de récompenses. Il le fait seigneur de Marsillargues, Calvisson, Vergèze et de la Vaunage. La seigneurie de Générac passe de même sous son contrôle, il y exerce la justice. C’est alors que le roi et son conseiller s’acharnent contre les Templiers. Guillaume les fait accuser injustement de sorcellerie et autres fautes graves. Les chefs de Templiers sont arrêtés en 1307, puis jugés et condamnés à mourir sur le bûcher. Dès cette date, le château de Générac devient propriété de Guillaume de Nogaret qui le fait, dit-on, restaurer et fortifier. A sa mort, en 1314, l’édifice passe à l’abbaye de Franquevaux. Pendant les deux siècles qui suivent, nous ne savons pas grand choses de son histoire.
  • En plein cœur de la région viticole des Costières et aux portes de la Camargue, la tradition de la "bouvine" y est profondément ancrée.


Vestiges préhistoriques et antiques

  • Station du puech Cocon : mobilier moustérien.
  • Fabrique de lampes ornées de motifs paléochrétiens, et monnaies du bas Empire (au puech de la Savatte du Cade).


Architecture civile

  • Bourg de plan circulaire (circulade).
  • Le château de Générac ne ressemble à aucun autre château construit au Moyen-Age. Situé entre le port de Saint-Gilles et Nîmes, il servait alors de poste d’observation comme de péage. Il n’avait sans doute pas une grande importance militaire, mais son emplacement permettait une surveillance sur les voies reliant ces deux villes puis vers Aigues-Mortes. Si, malgré leur âge, ses trois tours sont toujours solides, il ne fait nullement penser à une forteresse guerrière. Ni murailles, ni donjon, ni créneaux visibles. Il se compose :
    - de deux tours rondes d’une douzaine de mètres de hauteur et de neuf mètres de diamètre qui s’appuient sur un bâtiment long de 32 m disposé dans le sens Sud-Nord.
    - Côté Ouest et contre ce bâtiment, est plaquée une tour de forme pentagonale. Elle renferme un escalier à vis de pierre le long duquel on découvre des têtes ailées de trois des quatre évangélistes. Ses fenêtres sont encadrées par des colonnes de pierre taillées et sculptées. Ces embellissements ont été réalisés à l’époque de la renaissance.
  • On estime que la construction du château a débuté vers 1050 pour s’achever vers 1100. Les divers travaux : fortifications, agrandissements des ouvertures, fenêtres à meneaux, s’achèveront en 1545 comme l’indique une pierre gravée en haut de la tour Sud. L’aile Ouest du château vient en appui sur le bâtiment central. Elle s’élève brusque-ment à son extrémité, un peu comme une tour.
  • Les premières traces des Lavoirs datent de 1255. On parle alors de « Fontaine aux Allemands ».


Architecture sacrée

  • Vers l’an 1000, des moines de l’abbaye de Saint-Gilles érigent un petit prieuré qui deviendra, deux siècles plus tard, l’église de Saint-André. [Elle fut détruite lors de la Réforme puis reconstruite au XIXe siècle dans un style romano-byzantin.]


Sites



Liens divers, Photos


Sources


Nota Bene : * : Notoire - ** : Exceptionnel - IMH : Inscrit Monument Historique - MH : Monument Historique - SI : Site Inscrit - SC : Site Classé

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://biblioheraldique.forumactif.org
Eléïce de Valten
Super Bibiche
avatar

Messages : 7098
Date d'inscription : 01/11/2014

MessageSujet: Re: [Seigneurie de Saint Gilles] Générac   Lun 6 Mar 2017 - 22:13

Citation :
Citation :

    À Vous, Deedlitt de Cassel d'Ailhaud, dicte Minerve, Héraut d'Armes Royal ès Joutes et Maréchal d'Armes de France
    De Nous, Arcadhias de Vaudalm, Vicomte de Saint-Gilles.


      Adieussiatz !

    Par la présente, souhaitons vous faire part de notre volonté de voir nos terres de Générac, sises en nos terres de Saint-Gilles, être administrées par une personne de confiance.

    Mestre Lormet Amauri, dict [char]Lormet[/char], est la personne sur qui nous avons jeté notre dévolu.
    En effet, son dévouement passé envers le Languedoc, sa rigueur dans son travail, son abnégation et sa loyauté à notre encontre, en envers cette province qui nous est chère, nous auront permis de choisir sans grande difficulté cette personne pour administrer en toute quiétude et confiance, nos terres et nos intérêts sur les terres Générac.

    Enfin, nous souhaitons que cérémonie se tienne en même temps que pour celle prévue pour le fief d'Auborn, le plus tôt possible, à la date qui vous sera la plus opportune, après les vérifications d'usages faites bien évidemment.

    Nous nous tenons à votre entière disposition pour d'éventuels renseignements complémentaires.

    En vous souhaitant bonne réception
    Respectueusement


Rédigé et scellé le neuvième jour du mois de janvier mil-quatre-cent soixante-cinq sur nos terres de Saint-Gilles,



    CONTRESEING D'ANOBLISSEMENT


    Nous, Vanguhsen du Dièsse, dict Angoulesme, Héraut du Périgord Angoumois, faisons savoir,

    Que, conformément aux textes et coutumes héraldiques, faisons acte de la demande de Monseigneur Arcadhias de Vaudalm, quant à l'octroi d'une seigneurie se trouvant sur les terres de la Vicomté de Saint Gilles, sise au fief nommé Générac à messire Lormet Amauri*.

    Après recherches héraldiques dûment entérinées, le Fief de Générac est bien seigneurie de la vicomté de Saint Gilles.

    Et qu'en conséquence de quoi, Messire Lormet Amauri se voit octroyer le fief de Générac, érigé en seigneurie et portera, après prime allégeance en bonne et due forme, dont nous témoignons ce jour, " de sinople à deux branches de genêt d'argent posées en sautoir, cantonnées en pointe d'une lampe à huile romaine d'or allumée de gueules », soit après dessin :



    Par notre sceau, actons ce document comme valide et conforme aux lois héraldiques et le contresignons.
    Fait le vingt-et-unième jour du mois de février de l'an de grâce quatorze cent soixante cinq.





[* IG : Lormet]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://biblioheraldique.forumactif.org
 
[Seigneurie de Saint Gilles] Générac
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Castel Bibichin :: Marches héraldiques de France :: Languedoc-
Sauter vers: